OTTAWA – Representatives from seniors’ groups and organizations for people with disabilities joined the Canadian Union of Postal Workers today to launch a major legal challenge to the attempt to end home mail delivery.
“In Canada, people should count, not just the bottom line,” said Denis Lemelin, National President of the Canadian Union of Postal Workers.

The union announced today that a challenge will be filed in the Federal Court of Canada under Canada’s Charter of Rights and Freedoms, asking the court to put a stop to Canada Post’s termination of home mail delivery. The challenge will also argue that this decision is beyond Canada Post’s authority and should be made by the Parliament of Canada which created Canada Post and defined its mandate. On December 11th, 2013, Canada Post announced that it would make Canada the only G8 country without home mail delivery. CEO Deepak Chopra’s bizarre statement that seniors would welcome the exercise of walking to collect their mail, as well as Canada Post’s subsequent requirement of a medical note to retain home delivery without any consultation with doctors has caused additional consternation.

“This is one of the most important postal decisions which has ever been made since Canada Post was created in 1981,” said Paul Cavalluzzo, one of Canada’s foremost constitutional lawyers, who will be arguing the case on behalf of disabled and older Canadians.

While the Conservatives have attempted to distance themselves from Canada Post’s decision, they are clearly backing the end of home delivery. Those who are filing the challenge say the Conservatives should be held accountable for ramming this through without proper consultation or debate.

-30-

For more information, please contact:
Aalya Ahmad, CUPW Communications, 613-327-1177 or aahmad@cupw-sttp.org
Carmela Hutchison, Disabled Women’s Network of Canada (DAWN-RAFH), carmela.hutchison@gmail.com .

OTTAWA – Plus tôt aujourd’hui, des représentantes et représentants de groupes de personnes âgées et d’organismes qui défendent les intérêts des personnes ayant des limitations fonctionnelles se sont joints au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) pour annoncer le dépôt d’une importante contestation judiciaire de la tentative d’abolir la livraison du courrier à domicile.
« Au Canada, on devrait faire passer les gens avant les profits », a déclaré Denis Lemelin, président national du STTP.

Le Syndicat a annoncé aujourd’hui qu’il déposera une contestation judiciaire auprès de la Cour fédérale du Canada en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Cette contestation demandera à la Cour de suspendre la décision de Postes Canada d’abolir la livraison du courrier à domicile. La contestation soutiendra aussi qu’une telle décision outrepasse les pouvoirs de Postes Canada et qu’elle relève plutôt du Parlement, puisque c’est ce dernier qui a créé Postes Canada et qui en a déterminé le mandat.

Le 11 décembre 2013, Postes Canada a annoncé son intention de faire du Canada le tout premier pays du G8 à abolir la livraison du courrier à domicile. La consternation causée par cette annonce s’est approfondie lorsque Deepak Chopra, président-directeur général de Postes Canada, a déclaré que les personnes âgées seraient ravies de faire de l’exercice en allant chercher leur courrier à une boîte postale communautaire, et de nouveau par la suite lorsque Postes Canada a annoncé, sans s’être donnée la peine de consulter des médecins à ce sujet, qu’elle exigera des certificats médicaux de la part des résidents qui souhaitent conserver leur service de livraison à domicile.

« Il s’agit d’une des plus importantes décisions visant le service postal depuis la création de Postes Canada en 1981, » a déclaré Paul Cavalluzzo, avocat constitutionnaliste parmi les plus réputés du pays. Me Cavalluzzo plaidera la cause des personnes ayant des limitations fonctionnelles et des personnes âgées dans cette affaire.

Bien que les conservateurs aient essayé de prendre leurs distances par rapport à la décision de Postes Canada, ils sont clairement en faveur de l’abolition de la livraison du courrier à domicile. Les auteurs de la contestation judiciaire affirment que les conservateurs doivent être tenus responsables de la prise de cette décision à toute vapeur, sans consultations adéquates ni débat.

-30-